Message pour le préservatif. . © Crédits photos vidéo Youtube

Danger…Forte hausse chez les jeunes des infections sexuellement transmissibles

Répétons-le : Non, on ne guérit pas du SIDA et les chiffres sont mauvais : En 2016, 6003 personnes ont découvert leur séropositivité et plus d'un million de personnes en sont mortes dans le monde tout comme en France.

Les jeunes sont principalement touchés par les infections sexuellement transmissibles. Ces dernières augmentent considérablement ces derniers temps. Un rapport de “Santé publique France” indique que les chiffres ont triplé, entrainant de graves conséquences pour la personne infectée.

Infections à chlamydia et à gonocoques

Les infections bactériennes les plus fréquentes (SIDA mis à part) sont les infections à chlamydia et à gonocoques transmises lors d’un rapport sexuel non protégé, qu’il soit hétéro ou homosexuel.

Le docteur Deikoundam épidémiologiste à Santé publique France : “On est dans une tranche d’âge où on entre dans la sexualité (15-24 ans). On est aussi à un moment dans la vie où l’on est plus amené que des personnes un peu plus âgées à changer de partenaires. Il y a des rapports qui sont systématiquement protégés au cours du premier rapport avec un nouveau partenaire et qui le sont beaucoup moins après“, détail le professeur qui ajoute :
En termes de conséquence, ce ne sont pas des infections qui sont anodines. Il peut y avoir des problèmes d’infertilité, des infections de la prostate, des infections d’une partie du testicule chez les hommes, par exemple voire encore plus grave“…

L’utilisation du préservatif est capitale

Afin de ne prendre aucun risque, la seule solution est de se protéger pour également protéger l’autre : “L’utilisation du préservatif est capitale pour nous et lorsqu’on est diagnostiqué, ce qui est important, c’est aussi d’informer son partenaire ou ses partenaires de la situation et qu’ils aillent aussi se faire dépister et traiter“.