Des ambulanciers . © Crédits photos Twitter/Vidéo-capture

Manifestation : Les ambulanciers se disent “lâchés par l’État”

Hier, les lycéens et les ambulanciers, peut-être sous peu les agriculteurs, la colère des Gilets jaunes se propage-t-elle ?

Interviewée sur Franceinfo, Alexia une jeune ambulancière de Marseille venue sur paris lundi explique : “Je suis venue manifester car je trouve que nous sommes “lâchés par l’État”. Les patients n’ont plus le droit de choisir leur propre société d’ambulances. Pour nous c’est un scandale ! “Je pense que l’État fait exprès pour que les petites sociétés finissent par mourir et pour qu’il n’y ait plus que des grosses structures”, assure la jeune femme.

Près de 800 ambulanciers selon la préfecture de police à Paris

D’après la préfecture de police à Paris, il y avait 800 ambulanciers dans les rues de Paris le lundi 3 décembre. A 5h30, 600 véhicules se sont retrouvés près de l’Assemblée nationale afin de manifester contre l’article 80 du projet de budget de la Sécurité sociale 2017, entré en vigueur le 1er octobre 2018.
Cette mesure en vigueur depuis le 1er octobre, prévoit que la prise en charge financière d’une partie des transports sanitaires revienne directement aux hôpitaux et cliniques plutôt qu’à l’Assurance maladie.
L’idée de la réforme était de responsabiliser les établissements de santé, prescripteurs de transports sanitaires, mais qui ne paient qu’une faible part de la dépense totale. Désormais, le choix de l’opérateur pour effectuer les trajets se fait désormais par appels d’offres. C’est ce que refusent les ambulanciers “C’est dramatique pour nous : 80% des 5.600 sociétés, que nous sommes aujourd’hui, TPE et PME, sont menacées de fermeture“, assure un ambulancier Damien Chène.