De la cannelle, image d'illustration . © Pixabay / Public Domain

La cannelle pour lutter contre l’obésité ?

La cannelle pourrait bien s'avérer être un allié de choix pour lutter contre le stockage des graisses, d'après des scientifiques américains.

Intégrer la cannelle dans son alimentation pourrait bien être une bonne idée pour ceux qui cherchent à lutter plus efficacement contre le stockage des graisses. C’est ce qui ressort d’une étude américaine présentée à une conférence de l’American Heart Association, la Société américaine de cardiologie.

La cannelle, une aide contre les effets néfastes du gras ?

La cannelle, aux multiples vertus déjà connues, aiderait à lutter contre la prise de poids et les effets nocifs d’une alimentation trop riche en graisse. Alors qu’elle possède des propriétés antispasmodiques et antibactériennes, qu’elle préviendrait le déclin cognitif et la maladie d’Alzheimer et qu’elle accentuerait l’efficacité de certains traitements antibiotiques, la cannelle présente aussi des vertus anti-inflammatoires.

Ce sont ces propriétés anti-inflammatoires qui ont intéressé les chercheurs et qui permettraient de diminuer les taux de triglycérides et de cholestérol dans le sang, parfois synonymes de risque cardiovasculaire. Ils ont cherché à évaluer l’impact de la cannelle dans l’alimentation et sur la santé de rats de laboratoire.

Des rats nourris à la cannelle et en meilleure santé

Ils ont nourri des rats pendant 12 semaines avec un régime très riche en graisse et prélevé régulièrement des échantillons sanguins. Une partie d’entre eux seulement bénéficiaient de cannelle dans leur nourriture. Au final il s’avère que les rats qui mangeaient l’épice était visuellement mieux portants, avec un ventre moins gros et un poids inférieur aux autres. Mais ils étaient aussi en meilleur santé puisque leur sang présentait de meilleurs taux de sucre, d’insuline et de graisse.

Les niveaux d’anti-inflammatoires et d’antioxydants, qui protègent contre les effets de la graisse, étaient plus élevés que chez les rats qui ne mangeaient pas de cannelle. En outre, le niveau de molécules impliquées dans le stockage des graisses était plus bas également. La cannelle serait donc susceptible de réduire les dégâts engendrés par un régime trop gras et prévenir les risques cardiovasculaires. Pour l’heure les scientifiques doivent poursuivre leurs recherches pour voir si ces bienfaits ont lieu chez l’homme.