Du Roundup, qui contient du glyphosate . © Jeffrey B. Banke / Shutterstock.com

Glyphosate : pas classé cancérogène selon l’Agence européenne des produits chimiques

L’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a choisi ce mercredi de conserver le classement actuel du controversé glyphosate, ne l'estimant pas cancérogène.

Le Comité pour l’évaluation des risques (CER) de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a considéré que le glyphosate ne devait pas changer de classement, ne l’estimant pas cancérogène. Cette substance herbicide, principal ingrédient du RoundUp est controversée et son utilisation contestée par de nombreux organismes.

Le glyphosate non cancérogène selon l’ECHA

Mais l’ECHA, en charge de la classification des produits chimiques dans l’Union européenne, en a jugé autrement. D’après le communiqué de l’Agence, bien que le glyphosate soit classifié comme “une substance qui peut causer de graves dégâts aux yeux et qui est toxique pour la vie aquatique avec des effets à long-terme”, le CER a jugé que “les preuves scientifiques disponibles ne remplissent pas les critères pour qu’il soit classé comme cancérogène, mutagène ou nocif pour la reproduction”.

Selon les dires de Tim Bowmer, le président de l’organe d’évaluation des risques de l’ECHA, ce mercredi : “Cette conclusion repose à la fois sur des preuves humaines et sur le poids des preuves tirées de l’examen de l’ensemble des études animales”. Or les avis scientifiques divergent au sujet du glyphosate et l’Agence souligne qu’elle ne prend pas en compte les critères d’exposition par exemple pour rendre son avis au sujet de la substance.

Un produit controversé

De même certains déplorent également le caractère privé d’une grande partie des données utilisées par l’ECHA ainsi que le fait que l’organisme se base sur des études qui ne sont pas soumises à un comité lecture. En attendant les conclusions de l’ECHA passeront par un contrôle éditorial puis seront transmises à la Commission Européenne avant que celle ci et les Etats Membres ne se décident à renouveler ou non l’autorisation du glyphosate comme substance herbicide.

La licence du glyphosate, expirée à l’été 2016 n’avait pas été renouvelée après un vote en juin dernier au sein d’un comité scientifique où les États membres sont représentés. Faute de votes la décision avait été bloquée et l’exécutif européen avait choisi de prolonger la licence de 18 mois en attendant, moyennant quelques restrictions d’utilisation et l’interdiction de certains adjuvants du glyphosate.