Trisomie 21 : les experts en faveur du dépistage par prise de sang

La prise de sang a les faveurs de la Société Française de Médecine Prédictive et Personnalisée dans le dépistage de la trisomie 21. Une méthode bien moins invasive que l'amniocentèse.

Lors d’un congrès à Montpellier, la Société Française de Médecine Prédictive et Personnalisée (SFMPP) a fait savoir qu’elle était à faveur de la généralisation du test sanguin pour le dépistage de la trisomie à la place de l’amniocentèse. Cette ponction du liquide amniotique par seringue est une méthode invasive et qui comporte des risques tant pour la future mère que pour le fœtus.

Trisomie 21 : une simple prise de sang pour le dépistage

Lors de son congrès qui s’est déroulé à Montpellier les 16 et 17 juin dernier la SFMPP indiquait que le test de dépistage de la trisomie 21, “offert systématiquement aux femmes enceintes depuis 2009, devrait s’enrichir très rapidement des avancées majeures“. Ce test sanguin, déjà utilisé avec succès dans d’autres pays, offre une précision de 99%.

Ce test génétique ou dépistage prénatal non invasif (DPNI) est plus fiable et parait moins “effrayant” que l’amniocentèse. Il peut être réalisé dès la 10ème semaine de grossesse. Les scientifiques isolent l’ADN du fœtus dans le sang de la mère et l’analysent à la recherche d’anomalie dans les chromosomes, le 21 pour la trisomie.

Les avis sont favorables

En France, ce test génétique peut coûter jusqu’à 650 euros. Il n’est pas pris en charge par l’Assurance maladie et il n’est effectué que dans deux laboratoires. Cependant, il devrait se généraliser dans un futur proche. En effet, en 2013, le Conseil Consultatif National d’Ethique (CCNE) se disait favorable au DPNI. En novembre dernier, c’est la Haute Autorité de Santé (HAS) qui reconnaissait l’efficacité de cette méthode de dépistage.

Ce qui serait “éthiquement discutable serait de poursuivre les indications de l’amniocentèse pour le dépistage telle qu’on la pratique, entraînant la perte de près de 100 enfants non atteints par an, alors que des tests sanguins non invasifs existent et sont très supérieurs en fiabilité” indiquait le Pr Pujol  à nos confrères de” Francetvinfo”.