Marisol Touraine lance un Conseil national de santé mentale

Plus de 10.000 personnes se suicident en France chaque année. Ces drames pourraient être évités si les souffrances étaient repérées et mieux prises en charge. Ainsi Marisol Touraine va créer un Conseil national de santé mentale.

Les troubles psychiques sont plus courants qu’on ne le pense, 20% des français sont susceptibles d’être victimes de ces troubles au moins une fois dans leur vie. Ces cas sont difficiles à prendre en charge car difficilement repérables. Suite à un rapport concernant la santé mentale fourni à Marisol Touraine par le directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) de la région Nouvelle-Aquitaine, Michel Laforcade, la  ministre de la Santé a décidé de lancer un Conseil national de santé mentale.

Vers une meilleure prise en charge des troubles psychiques

Comme le rappellent nos confrères du site « Pourquoi Docteur ? », les troubles psychiques font partie des 3 pathologies les plus courantes. Cependant, ils ne font pas l’état d’une prise en charge efficace car 50% des cas ne sont pas détectés. La ministre de la Santé a donc décidé d’agir en créant un Conseil national de santé mentale, chapeauté par Alain Ehrenberg, un sociologue chercheur au CNRS.

Différents organismes du secteur des troubles psychiques et psychiatriques graviteront autour de ce conseil comme le Comité de pilotage du handicap psychique, l’Observatoire national du suicide, le Comité de pilotage dédié à la psychiatrie ou encore le Comité de suivi du plan autisme.

Assurer le suivi des soins

L’idée du gouvernement est de favoriser la détection des troubles, la prise en charge et l’accompagnement des patients en coordonnant les différents champs, tant sanitaires que sociaux. « Cette collaboration entre des acteurs de différents horizons est indispensable pour progresser en matière de santé mentale. Ce sont des enjeux transversaux particulièrement complexes. Avec le Conseil national de la santé mentale, nous regroupons nos compétences, nous unissons nos forces, pour améliorer les réponses aux besoins de la population, au cœur des territoires, et garantir à tous les patients des parcours de soins, de réhabilitation et d’accompagnement sans rupture » déclarait ainsi Marisol Touraine dans un communiqué.