Image d'illustration, une femme au téléphone . © michaeljung/Shutterstock.com

Téléphone portable : un italien indemnisé suite à une tumeur

La justice italienne a choisi d'indemniser un employé après avoir reconnu qu'il a probablement développé une tumeur cérébrale en utilisant trop son téléphone portable professionnel.

Si en France on dispose désormais du droit à la déconnexion, l’Italie avance peut-être d’autres raisons de s’éloigner de son portable. La justice italienne vient de rendre son verdict pour indemniser un employé qui aurait développé une tumeur au cerveau suite à l’utilisation intensive de son téléphone portable dans le cadre de son travail.

Entre 3 et 4h au téléphone tout les jours

Le tribunal d’Ivrée dans le nord de l’Italie a reconnu un lien entre l’apparition d’un neurinome auriculaire, une tumeur bénigne du cerveau, et l’utilisation excessive du portable professionnel chez un homme de 57 ans. L’homme avait saisit la justice après avoir développé sa maladie suite à l’utilisation de son téléphone entre 3 et 4 heures par jour, imposée par son travail pendant près de 15 ans.

Les symptômes s’étaient manifestés en 2010, alors qu’il avait la sensation permanente d’avoir l’oreille bouchée. Cette sensation résultait d’un tumeur dans l’oreille. Bien que cette tumeur soit bénigne, l’homme rapporte avoir dû subir une ablation du nerf acoustique qui l’a rendu entièrement sourd du coté droit. L’expert nommé par le juge à estimé le préjudice corporel du patient à hauteur de 23%.

Indemnisé après avoir développé une tumeur

En conséquence l’Institut national d’assurance contre les accidents du travail (INAIL) s’est vu condamné à lui verser une indemnité à vie de 500 euros par mois. Les avocats de l’homme, cités par l’AFP, déclarent que le “jugement reconnaît le lien de causalité entre un usage inapproprié du téléphone portable et une tumeur au cerveau. Désormais nous pensons qu’il est nécessaire de réfléchir sur ce problème et de prendre des mesures adaptées”.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), classe les ondes du portables comme “peut-être cancérigène” depuis 2011 mais demande plus d’étude sur le sujet. A ce jour les travaux disponibles ne permettent pas d’établir un lien de cause à effet certain entre l’usage du téléphone et l’apparition de tumeurs.