Un mal de tête. . © Crédits photos capture Dailymotion

Antidouleurs en vente libre : Lequel choisir entre le Paracétamol, l’ibuprofène ou l’aspirine

Attention à l'automédication ! Vendu sans ordonnance, les antidouleurs comme le Paracétamol, l'ibuprofène ou l'aspirine ne sont pas toujours conseillés comme le met en avant l’enquête du magazine 60 millions de consommateurs qui met même en garde contre l’aspirine.

Nos confrères du magazine 60 millions de consommateurs ont enquêté (ce jour en kiosque) et décortiqué environ 30 antidouleurs proposés dans la plupart des pharmacies, le tout sans ordonnance parmi ces 3 grandes familles : Paracétamol, ibuprofène et aspirine.

En automédication, certains antidouleurs doivent être écartés

Si la plupart des antidouleurs apportent des effets bénéfiques, certains doivent être écartés, car ils exposent à des effets indésirables sérieux ou à trop de contre-indications, indiquent nos confrères.

Ce qu’il faut principalement retenir de cette enquête est la nécessité de privilégier le paracétamol qui, grâce à sa molécule présente “le meilleur rapport bénéfice-risque”.
Le Docteur de l’Académie nationale de pharmacie François Chast met toutefois en garde : “Attention, le paracétamol n’est pas un bonbon ! À 3 g par jour, il est anodin. À 10 g par jour, il devient potentiellement mortel. Il faut simplement les prendre de manière raisonnée“, indique le spécialiste.

Rappelez-vous que le paracétamol, l’ibuprofène et l’aspirine ne doivent pas être pris pendant plus de trois à cinq jours maximum. Enfin, dernière recommandation, éviter le paracétamol si vous avez bu de l’alcool.