Un hôpital . © Crédits photos dailymotion

Agnès Buzyn (Ministre de la santé) : “Les Français ont cité la santé comme le service public de proximité qui leur manque le plus”

La Ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn était hier l'invitée de Ruth Elkrief sur BFMTV. Elle évoque plusieurs thèmes dont les hôpitaux et les mutuelles qu'elle met en garde en cas d'augmentation des tarifs.

Sur le sentiment d’abandon des services publics, des maternités, des hôpitaux mis en avant par les ‘gilets jaunes’, Agnès Buzyn se veut catégorique : “Alors, on ne supprime aucun hôpital. Donc c’est déjà faux. Aucun hôpital ne fermera en France. C’est ce que j’ai annoncé à mon arrivée car nous avons besoin d’hôpitaux de proximité. Au contraire, nous allons réinvestir dans ces hôpitaux locaux qui sont en difficulté et créer 500 à 600 hôpitaux de proximité qui ont être renforcés dans leur capacité à fonctionner. Après, il y a des maternités qui ferment, c’est-à-dire qu’il peut y avoir des services qui ferment. Mais aujourd’hui, en France, aucun service ne ferme pour des raisons financières. La seule raison pour laquelle nous fermons des services aujourd’hui, c’est lorsqu’il y a des problèmes de sécurité pour les femmes, parce qu’il n’y a pas d’obstétricien pour les femmes ou de pédiatre pour les enfants. Et quand nous ne sommes plus en capacité de trouver des professionnels pour faire tourner ces maternités et que la liste de garde est vide un jour sur deux, nous ne pouvons pas maintenir une maternité ouverte sans personne pour la faire fonctionner“, assure la ministre qui ajoute :
Les Français ont cité la santé comme le service public de proximité qui leur manque le plus. C’est vrai qu’on a rarement pensé la santé comme un service public. Or, en réalité, c’est un service que l’on doit aux Français“.

Il est légitime que les mutuelles augmentent un petit peu leurs tarifs

Sur le reste à charge zéro, Agnès Buzyn met en garde les mutuelles : “Cette réforme se met en œuvre sur trois ans. Au 1er janvier 2019, il y aura 200€ de moins à payer sur les prothèses auditives. Et il y aura un meilleur remboursement des frais conservateurs dentaires, donc traitement des caries par exemple. A partir du 1er janvier 2020, il y aura des réductions sur les lunettes. Et à partir du 1er janvier 2021, les Français n’auront plus rien à payer de leur poche pour les prothèses auditives, pour les lunettes – même avec des verres de très grande qualité, amincis, anti-reflet, etc. – et pour les soins dentaires, bridges, prothèses dentaires. Tout cela sera dit aux Français par courrier via la Caisse d’assurance maladie. Ce qui m’a énervé, c’est que les mutuelles ont justifié leur augmentation de tarifs qui existent chaque année, car le coût de la santé augmente, car la population vieillit et que le nombre de personnes malades est en augmentation. Donc il est légitime qu’elles augmentent un petit peu leurs tarifs. Mais elles l’ont justifiée sur le reste à charge zéro alors qu’elles n’ont pratiquement rien à payer en 2019 et qu’en plus, elles ont affirmé qu’elles pouvaient absorber ce surcoût dans le cadre de leur réduction de frais de gestion. Donc là, je considère que c’est un mensonge : je veux qu’il y ait une prise de position ferme de la part des mutuelles. D’autre part, je leur demande de faire un effort considérable sur l’augmentation de leurs cotisations car s’il est légitime qu’elles augmentent un peu leurs cotisations, elles ne doivent pas par exemple augmenter leurs frais de gestion“, conclut la Ministre.